Quality Control Blog

Processus d'inspection

Inspection par échantillonnage : origines des échantillons

AQF_Sampling for inspection- packed or unpacked goods

Nous connaissons déjà le niveau de production minimum conseillé lors d’une inspection avant embarquement pour assurer sa fiabilité: « Inspection avant embarquement : niveau de production« .  Il y a une autre condition importante à prendre en compte : la manière dont l’échantillonnage pour l’inspection est effectué.
Pendant la préparation du protocole d’une inspection par échantillonnage, la première chose à déterminer est le nombre d’échantillons à contrôler, sur la base de la table AQL. La seconde est de déterminer d’où les prendre.

Inspection par échantillonnage : d’où prendre les échantillons ?

C’est une question très importante, en général, négligée par les acheteurs. Les échantillons se prélèvent dans la marchandise terminée parmi celle déjà emballée en priorité, et celle en attente d’emballage (si il y en a).
Voilà pourquoi, lors d’une demande d’inspection pendant la production ou avant embarquement, il est préférable de bien préciser la quantité de produit emballés à disposition le jour de l’inspection.

Inspection par échantillonnage : Cas pratique

Une inspection avant embarquement, pour une commande de 5000 produits, est demandée sous les conditions suivantes : 100% de la marchandise doit être terminée et 90% emballée. Cela veut dire que lorsque l’inspecteur arrive à l’usine, au moins 4500 pièces doivent être finies et emballées. Le reste doit être terminé, en attente d’emballage.
L’inspecteur contrôle alors un échantillon sur la base de la table AQL II, le niveau standard habituellement utilisé. Cela représente une inspection par échantillonnage de 200 pièces, sélectionnées de la manière suivante :

  • 180 pièces sont prises parmi les produits finis et emballés
  • 20 pièces sont prises parmi les produits finis en attente d’emballage

Ces conditions sont celles conseillées cependant chaque importateur a les siennes; certains préfèrent effectuer un contrôle uniquement sur les produits finis emballés. Dans le cas échéant, il suffit que l’importateur informe l’entreprise de contrôle qualité de ses propres conditions au moment de la réservation du service.

Dans le cas où les conditions accordées s’avèrent être inférieures le jour de l’inspection, l’inspecteur est responsable d’en informer clairement le client en indiquant la situation réelle dans le rapport final d’inspection.

Au final, les quantités fabriquées et emballées doivent être celles demandées par l’acheteur au fournisseur pour garantir la fiabilité de l’inspection. Dans le cas contraire le résultat risque d’être erroné, en particulier si il s’agit d’une inspection avant embarquement, comme expliqué dans l’article précédent.

Et vous : précisez-vous vos conditions au fournisseur et à votre partenaire qualité ?

0
Picture of Claire Piccinno, writing for Asian Quality Focus

Claire Piccinno

Après avoir expérimenté des problèmes critiques de qualité en tant que trader en Asie, Claire a décidé de se spécialiser dans le contrôle qualité à partir de 2009. Elle est l'actuelle responsable Marketing d'AQF.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suggestions